ENQUÊTES ET RÉVÉLATIONS : À NICE LA CORRUPTION TOUCHE AUSSI LES HLM

BenjaminMaxant

Par “nature” la région PACA a toujours été liée à la corruption et ce aux plus hauts niveaux.

C’est seulement après de nombreux mois d’enquêtes et d’investigations que nous sommes en mesure aujourd’hui de pouvoir mettre en lumière certains faits et pratiques plus que “douteuses” dans le secteur du logement social du département des alpes-Maritimes..

L’un des acteurs majeurs (celui possédant le plus grand parc de logements sociaux..) du secteur du logement social dans le département des Alpes-Maritimes sait se faire “respecter” lorsque l’on tente de mettre au grand jour ses “pratiques” et n’hésite pas un instant à utiliser “des gros bras” pour faire taire certains comme cela a été le cas avec nous..

Une question tout d’abord : pourquoi “particulièrement à Nice” les quartiers des Moulins et de l’Ariane, réputés les plus “chauds” de la ville, ne voient jamais de voitures brûlées ou des actes de guérilla urbaine comme on peut le voir en région parisienne par exemple..?

La réponse est très simple : parce que ces quartiers, via leurs “grands frères” et “autres médiateurs” intervenants soit-disant “dans le social” et garantissant la paix dans ces zones, sont achetés..

Comment..? C’est là qu’intervient un bailleur très connu du 06..

Au fil des ans, des liens se sont tissés entre ces “médiateurs” et ce bailleur. Dans une “relation”, quel quelle soit, il y a toujours à un moment ou un autre une “demande” de service qui de fait entraîne un “retour” pour “service rendu”.

Il est à souligner la présence d’un tiers qui a son importance dans ce triangle de la corruption : le syndic de copropriété. Celui-ci va être le facilitateur de la gestion des bonnes relations entre les “médiateurs” et le bailleur social. Il facilitera, par exemple, la création de fausses factures et l’emploi de sociétés corruptrices et corrompues liées à l’activité du bailleur.

Comment cela se passe..? Voici un exemple type : le gardien d’une résidence effectuant des malversations financières couvertes jusque-là par le bailleur et le syndic parce que chacun y trouvaient son compte vient à commettre une faute ou devient plus “gourmand”, bénéficiant déjà du logement gratuit mais aussi de l’eau, de l’électricité, des téléphones (box internet et portable) et autres reventes (par exemple) de matériels destinés au hlm dont il doit s’occuper, à son profit.

C’est là qu’intervient le “médiateur”. Pour information, il faut savoir que “certaines communautés” du département ont peu à peu investi différents secteurs de l’activité économique des alpes-maritimes. Par exemple les sociétés de gardiennages et de surveillances mais aussi les sociétés de nettoyage professionnel, la coiffure ou encore et c’est plus classique, le bâtiment..

Le bailleur va solliciter “l’aide” du “médiateur” pour “dégager” le gardien devenu problème en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Menaces de morts et autres pressions de divulgations de ses activités douteuses suffiront à le faire fuir.

Le gardien n’étant plus là, désormais le bailleur a besoin d’un intervenant “privé” afin d’effectuer les tâches “théoriques” de l’ancien gardien : comme le nettoyage de la résidence hlm, des travaux d’entretiens divers et variés tous bien entendus surfacturés et souvent inutiles, mais là n’est pas le problème pour le bailleur.. Il recherche une société de nettoyage..? Qu’à cela ne tienne, son contact du quartier de l’Ariane va lui “conseiller” la société d’un de ses “amis”.. De l’argent public – puisque provenant des loyers payés par les locataires et de l’état – va donc servir à mettre en pratique deux astuces bien connues : le clientélisme et le favoritisme..

Des petits locataires se plaignent du bailleur..? Le “médiateur” va dans un premier temps utiliser l’usage de faux et usages de faux pour se faire passer pour le bailleur mais également la police municipale, le procureur et la police nationale, sans oublier bien entendu le préfet en usurpant son tampon signature. Les locataires mécontents continuent de faire parler d’eux..? La deuxième phase se met en place : l’usage de la force pour les faire taire. Cette usage de la force sera si besoin mis en place conjointement avec un employé du bailleur chargé de la “surveillance” des résidences..

Petite parenthèse humoristique si tant est que l’on puisse en rire, la personne en charge de la direction du bailleur social va être élue à la direction d’une association qui est chargée, entre autres, de renseigner le locataire sur ses droits face à un bailleur – “Sa neutralité est garantie par la diversité de ses membres, principaux partenaires de l’acte de bâtir du département.” – Sa “neutralité”..??! On croit rêver.. Mais ici, sur la côte d’azur, “tout est possible” et ce depuis des décennies..

Pour réaliser cette enquête nous avons entre autres rencontrés des locataires mécontents et avons subi des pressions, des menaces de morts répétées mais également des agressions physiques..

Héééé oui on ne vient pas comme ça “déranger” un système en place et qui profite à tous sauf au citoyen lambda qui habite l’une des résidences du bailleur social..

Pour finir, inutile pour le citoyen lambda de saisir la justice locale. Celle-ci se fera force de tout étouffer et moquera le petit citoyen en le qualifiant de “profane” au regard de la loi, enfin plutôt de la “loi locale”..

Pour vous donner un exemple de l’ampleur de la corruption qui règne à Nice, même une association censée lutter contre la corruption est touchée par le mal “qu’elle combat”..

(Une enquête exclusive de TACTIC.MEDIA, © TACTIC.MEDIA 2017, toute reproduction interdite)